Día de Muertos

Muertos Mexico

Le jour des morts est une célébration mexicaine qui remonte à l’ère préhispanique. D’origine méso-américaine, ce rituel a plus de trois siècles. 

Classée par l’Unesco dans la liste du patrimoine culturel immatériel de l’humanité depuis 2003, c’est certainement la fête la plus emblématique et mystique du pays. 

Le día des Muertos est un moment joyeux et très populaire au Mexique. 

On célèbre le retour transitoire sur Terre des défunts, les cimetières sont donc en fête !  Pour faciliter le retour des esprits, les tombes sont nettoyées et parsemées de fleurs orange, les Cempasúchil. Leur odeur attirerait les âmes et, après quelques jours, elles fanent et sont donc une allégorie du passage des êtres chers sur Terre.

La nuit du 31 octobre au 1er novembre est consacrée aux enfants morts qu’on appelle “angelitos” et le 2 novembre est dédié aux adultes disparus. On se recueille en chantant et en arrosant les sépultures de tequila ou mezcal. Les proches passent la soirée au cimetière, à évoquer le souvenir des personnes disparues en dégustant leurs plats et boissons préférés. 

Oaxaca-México-Día de Muertos-Cementerio

Aussi, on dresse un autel (altar) dans les maisons pour les honorer.  Recouvert de papier coloré (papel picado) on y trouve notamment des photos du défunt, des bougies, de l’encens (copal), des fleurs, des têtes de mort (calaveras), des bonbons et le succulent pain des morts (petite brioche sucrée et parfumée à la fleur d’oranger, typique de cette date).

C’est sur l’autel que sont faites des offrandes aux morts pour leur faire plaisir, comme leur nourriture préférée, de l’alcool, du tabac, etc.  Le sel et l’eau sont aussi des éléments purificateurs indispensables.  L’autel est généralement érigé dès le mois d’octobre et les mets partagés par les proches après le 2 novembre. 

Autre symbole incontournable : la Catrina. Ce personnage, créé par des artistes du 20ème siècle, représente le cadavre d’une aristocrate avec un chapeau.

Parades, chants, danses et grands repas festifs dessinent ainsi la fête des morts au Mexique.   

Le partage et la musique sont omniprésents à cette période : un rapport à la mort aux antipodes de celui que nous connaissons en France, où la Toussaint rime avec grisaille et tristesse.  

Cependant cette année, au vu de la situation sanitaire, les célébrations publiques sont prohibées notamment à Oaxaca et Michoacán, l’ambiance devrait donc être plus sobre et intimiste. 

Espérons retrouver cet esprit festif et coloré dès 2021